consul


consul

consul [ kɔ̃syl ] n. m.
• v. 1370; concile 1213; mot lat.
1Antiq. rom. L'un des deux magistrats qui exerçaient l'autorité suprême, sous la République.
2Hist. Au Moyen Âge, Magistrat municipal du midi de la France. Consuls de Toulouse. capitoul. Juge choisi parmi les marchands.
3L'un des trois magistrats auxquels la Constitution de l'an VIII avait confié le gouvernement de la République française (1799 à 1804). Bonaparte, Premier consul.
4(1690) Cour. Agent chargé par un gouvernement de la défense des intérêts de ses nationaux et de diverses fonctions administratives dans un pays étranger ( vice-consul). Consul de France à Rome.

consul nom masculin (latin consul) Agent officiel d'un État en pays étranger, chargé de protéger la personne et les intérêts des ressortissants de son pays. À Rome, magistrat qui partageait avec un collègue le pouvoir suprême. Au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, magistrat municipal de certaines villes du midi de la France, autonomes par rapport au seigneur. (Institués vers 1130, les consuls, dont le nombre variait, assuraient la direction et l'administration générale de la ville.) En France, sous le Consulat, chacun des trois chefs du pouvoir exécutif. ● consul (citations) nom masculin (latin consul) Anonyme Que les consuls prennent garde ! Caveant consules ! Commentaire Formule du sénat romain en période de crise. ● consul (expressions) nom masculin (latin consul) Le Premier consul, Bonaparte.

consul
n. m.
d1./d ANTIQ Chacun des deux magistrats qui, à Rome, au temps de la République, se partageaient le pouvoir exécutif.
d2./d Titre des trois magistrats suprêmes de la République française de 1799 à 1804. Le Premier consul: Bonaparte. (V. Consulat [le].)
d3./d Mod. Agent diplomatique chargé de l'administration de ses concitoyens dans un pays étranger. Le consul du Sénégal à Marseille.

⇒CONSUL, subst. masc.
A.— HIST. Chef de gouvernement.
1. HIST. ROMAINE
a) Magistrat élu par le peuple pour un an, qui exerçait, sous la République, le pouvoir suprême avec un collègue, puis perdit peu à peu ses attributions pour ne garder qu'un titre honorifique sous l'Empire. Consul romain. Créer, faire, élire des consuls (Ac. 1798-1878). Il (...) prononce ce discours :« Valérius Dioclétien, (...) Empereur éternel, Auguste, huit fois consul » (CHATEAUBRIAND, Les Martyrs, t. 3, 1810, p. 10). À partir de ce moment, la plèbe eut chaque année un consul sur deux (FUSTEL DE COULANGES, La Cité antique, 1864, p. 397).
P. métaph. :
1. Ils [lesdits journaux] siègent en maître dans le forum, consuls, tribuns, sénateurs à la fois, lus de tous, (...) compris de quelques-uns, mais toujours puissans, et toujours imprimés.
MUSSET, Lettres de Dupuis et Cotonet, 1836, p. 597.
b) Spécialement
Consul désigné. Consul qui a été élu mais qui n'est pas encore entré en fonction. Antoine, alors consul désigné (MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 282).
Consul perpétuel. Titre porté par certains empereurs d'Orient.
P. compar. :
2. ... il [M. de Humboldt] semblait convier Arago à cette renommée scientifique universelle (...) dont ils parurent quelquefois ensemble les deux consuls perpétuels...
SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, t. 10, 1851-62, p. 8.
Consul subrogé. Celui qui est élu pour remplacer un consul défunt ou démissionnaire (cf. Ac. 1878).
c) [P. anal. de pouvoir, de dignité, de nombre] Villemot, l'un des deux consuls du « Figaro » (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1858, p. 498).
2. HIST. CONTEMP.
a) Chef de gouvernement de la République française sous le régime de la Constitution de l'An VIII (1799-1804), qui partageait le pouvoir exécutif avec deux autres personnes. Consul à vie (Ac. 1835, 1878). La révolution de Brumaire accomplie, il se trouva trois consuls provisoires :« Napoléon, Sieyès et Ducos » (LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 868).
P. méton., rare, au plur. Synon. de consulat. En moins d'un demi-siècle on a vu tomber la monarchie absolue (...), le directoire, les consuls, l'empire (LAMENNAIS, L'Avenir, 1831, p. 132).
b) Spéc. Premier consul. Napoléon Bonaparte à cette époque. Cours Grandval, (...) la statue en toge du premier consul domine quatre lions de granit (J. LORRAIN, Heures de Corse, 1905, p. 50).
Rare, AMEUBL. [Constr. avec valeur d'adj.] Qui est du style de cette époque. Maxime Halliez, familièrement assis sur un coin du monumental bureau « Premier Consul » (R. MARTIN DU GARD, Devenir, 1909, p. 43).
Rem. On rencontre chez SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834 p. 74 le mot composé Consul-Empereur, subst. masc., pour désigner Napoléon Bonaparte.
3. P. ext.
a) Magistrat municipal dans certaines villes du sud de la France, du Moyen Âge à la Révolution. Synon. (dans le Nord) échevin (cf. apanagiste ex. 1).
b) Vx. Juge choisi parmi les marchands pour régler des différends d'ordre commercial. Par sentence des consuls (Ac. 1798-1932) :
3. — Quoique vous parliez bien cavalièrement à un homme qui a l'honneur d'être juge au tribunal [de commerce] de la Seine...
— Excusez, consul! ... interrompit Stidmann...
BALZAC, La Cousine Bette, 1846, p. 164.
P. méton., au plur. Juridiction, tribunal de ces juges. Avoir une affaire aux consuls (Ac. 1835, 1878).
B.— DIPLOM. Agent nommé par un gouvernement dans une ville étrangère pour s'occuper d'affaires commerciales et remplir à l'égard des ressortissants de son pays différentes fonctions (protection, surveillance, état-civil, actes notariés en particulier). Ancien consul; consuls européens; être nommé consul; consul anglais, consul général. Consul de France à Smyrne (Ac. 1798-1932). Comprenez mon existence disloquée. Consul, poëte et dévot, c'est trop à la fois (CLAUDEL, Correspondance [avec A. Gide], 1899-1926, p. 99).
En appos. Élève consul. Auxiliaire du consul. Synon. consul suppléant. Les élèves consuls sont soumis à l'examen depuis 1833 (A. VIVIEN, Ét. admin., t. 1, 1859, p. 190).
Rem. 1. On rencontre chez HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 42 le subst. fém. consule, pour désigner la Vierge. 2. Certains aut. du XIXe s. utilisent le néol. consulesse, subst. fém., diplom. Femme de consul (G. SAND, Correspondance, t. 2, 1812-76, p. 93 et BALZAC, Honorine, 1843, p. 313). Attesté ds Nouv. Lar. ill.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. 1. 1213 hist. rom. concile « magistrat romain » (Fet des Romains, éd. L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 317); ca 1268 console (BRUNET LATIN, Trésor, éd. F. J. Carmody, I, 36, 4); ca 1370 consul (ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, livre 7, chap. 13, p. 393); 2. [fin XIIIe s. conseuz forme obsc.; peut-être cas régime plur. de conseil « conseiller », « magistrat municipal » (Ménestrel Reims, éd. N. de Wailly, § 216)]; 1311 consul (ISAMBERT, Recueil gén. des anc. lois fr., t. 3, p. 15), fonction en usage jusqu'à la Révolution; 3. [XIIIe s. « chef d'un groupe d'hommes de même nationalité établis dans un pays étranger » (L'Estoire de Eracles empereur, livre 34, chap. 3 ds Recueil des Historiens des Croisades, Paris, t. 2, p. 443 : Et morut Huguelin Bozacharie consules des Pisans d'Acre)]; 1690 « agent diplomatique » (FUR.); 4. 1563 « juge commercial » (Ordonnance de Charles IX ds ISAMBERT, Recueil gén. des anc. lois fr., t. 14, p. 154); 5. 1799 « chacun des trois chefs du pouvoir exécutif créé par la constitution de l'an VIII » (Loi du 19 Brumaire, an VIII, art. 2 ds Bull. des lois de la République fr., n° 323). Empr. au lat. class. consul « magistrat romain », attesté en lat. médiév. au sens de « conseiller du roi » (IXe s. ds NIERM.), « comte » (Xe s., ibid.), « chef élu d'une colonie marchande » (1182, ibid.), « magistrat élu d'une municipalité (notamment en Italie) » (1088, ibid.; v. aussi DU CANGE, s.v. § 3); la forme concile est prob. née de la confusion avec concilium (concile), v. FEW t. 2, p. 1093, note b. La dénomination notée sous 5 a été créée pour marquer le rattachement à la Rome antique. Fréq. abs. littér. :1 020. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 2 725, b) 2 151; XXe s. : a) 438, b) 595. Bbg. HERB. 1961, p. 66.

consul [kɔ̃syl] n. m.
ÉTYM. V. 1265; écrit concile, 1213, au sens A, 1; mot lat., probablt déverbal de consulere. → Consulter.
A Hist.
1 (V. 1370). Antiq. rom. Nom donné aux deux magistrats qui exerçaient l'autorité suprême, sous la République romaine. || Sous l'Empire romain les consuls n'avaient que des attributions honorifiques. || Consuls, tribuns et sénateurs.Consul désigné, élu mais pas encore en fonction.
1 Rome, ayant chassé les rois, établit des consuls annuels (…)
Montesquieu, Grandeur et décadence des Romains, I.
2 (…) ayant la toge, le laticlave, les brodequins d'un consul et des licteurs autour de sa personne.
Flaubert, Trois contes, « Hérodias », II.
Que les consuls prennent garde… (formule que le sénat romain adressait aux consuls quand un grave danger menaçait la République).
2 (1311; conseuz, fin XIIIe). a (Au moyen âge). Magistrat municipal du Midi de la France. || Consuls de Toulouse. Capitoul.
b (1563). Juge choisi parmi les marchands et connaissant de certaines affaires commerciales. || Juges-consuls.
3 (1799). Nom des trois magistrats auxquels la Constitution de l'an VIII avait confié le gouvernement de la République française (1799 à 1804). Consulat. || Le premier, le second consul. || Bonaparte, Premier consul.
3 Là, consul jeune et fier, amaigri par des veilles
Que des rêves d'empire emplissaient de merveilles,
Pâle sous ses longs cheveux noirs.
Hugo, les Orientales, XL, I.
4 Ce siècle avait deux ans. Rome remplaçait Sparte,
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte,
Et du premier consul déjà, par maint endroit,
Le front de l'empereur brisait le masque étroit.
Hugo, les Feuilles d'automne, I.
B (1690). Agent diplomatique chargé par un gouvernement de la défense des intérêts de ses nationaux et de diverses fonctions administratives dans un pays étranger ( Vice-consul). || Les consuls s'établissent dans les principaux centres, et particulièrement dans les ports. || Consul général. || Consul de première, de deuxième classe, consul suppléant. || Consul de France. || Consul anglais. || Ordonnance autorisant un consul à exercer ses fonctions. Exequatur.
5 Jacques et Rubiadzan devaient loger chez le consul, monsieur Stahl, monsieur Oliveiro Stahl, un consul qui représentait toutes les nations européennes, asiatiques, africaines et océaniennes et la plupart des américaines (…)
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 186.
COMP. Proconsul, vice-consul.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • consul — CÓNSUL, consuli, s.m. 1. (În republica romană) Titlul celor trei magistraţi, aleşi anual, care deţineau puterea supremă; persoană purtând acest titlu. 2. Persoană numită de un stat în funcţia de şef al unei reprezentanţe oficiale cu rang de… …   Dicționar Român

  • Consul — Con sul (k[o^]n s[u^]l), n. [L., prob. fr. consulere to deliberate. See {Consult}.] 1. (Rom. Antiq.) One of the two chief magistrates of the republic. [1913 Webster] Note: They were chosen annually, originally from the patricians only, but later… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • CONSUL — tutor annuus erat Romanae Rei publ. publici consilii princeps, et exercitus Dux. Summum vero apud Romanos dignitatis fastigium fiut post exactos Reges a Iunio Bruto prim um inttoductum, an. Urb. Cond. 244. Consulem perpetuum se Vitellius creavit …   Hofmann J. Lexicon universale

  • consul — CONSUL. s. m. L un des deux Magistrats qui avoient la principale autorité dans la République Romaine, et dont les fonctions ne duroient qu un an. Créer, faire, élire des Consuls. Continuer un Consul. Il a été trois fois Consul. Il étoit Consul… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • consul — con‧sul [ˈkɒnsl ǁ ˈkɑːn ] also Consul noun [countable] a representative of a government who lives in a foreign country in order to help and protect the citizens of their own country who go there, and to do work connected with trade between the… …   Financial and business terms

  • consul — Consul. s. m. L un des deux Magistrats souverains qui gouvernoient la Republique Romaine, & dont l authorité ne duroit qu un an. Créer, faire, eslire des Consuls. continuer un Consul. il a esté trois fois Consul. il estoit Consul pour la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Consul — steht für: den Amtsinhaber des Consulats, des höchsten zivilen und militärischen Amtes der Ämterlaufbahn (cursus honorum) im Römischen Reich Der Consul, Roman von Christian von Ditfurth (2003) Organisation Consul, eine deutsche nationalistische… …   Deutsch Wikipedia

  • Cónsul — puede referirse a: Cónsul, un magistrado de la antigua República Romana. Cónsul, un cargo francés. Cónsul, un funcionario del servicio exterior de un país. es aquel destacado en el extranjero, es un funcionario de carácter político de información …   Wikipedia Español

  • cónsul — ‘Diplomático encargado de defender a los ciudadanos de su país en una ciudad extranjera’. Por su terminación, es común en cuanto al género (el/la cónsul; → género2, 1a y 3i): «El Gobierno designó a la cónsul hondureña en México [...] para… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • cónsul — sustantivo masculino,f. 1. Diplomático al servicio de un país que protege a las personas y los intereses de los ciudadanos que viven en una población extranjera: la cónsul honoraria de España en Santa Fe. Hemos visitado al cónsul de Venezuela en… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.